TOUT SUR LES HÉMÉROCALLES

PRÉSENTATION GÉNÉRALE

L’hémérocalle étant de culture très récente au Québec, il est normal de la retrouver plus présente chez les américains. Chez eux, cette vivace par excellence connaît une demande qui s’accroît d’année en année. Il n’est donc pas surprenant de retrouver beaucoup d’hybrideurs américains dans l’histoire du développement de l’hémérocalle. N’ayez crainte ici au Québec et au Canada, nous sommes maintenant de ceux qui contribuent grandement au développement de cette vivace, car chez nous aussi, elle connaît un engouement n’allant que croissant. L'AHS (American Hemerocallis Society) qui met beaucoup d’énergie à promouvoir la culture des hémérocalles , a permis d’ enregistré jusqu'à maintenant plus de 60,000 cultivars différents. Ceci démontre l'intérêt que cette vivace suscite chez les hybrideurs et les horticulteurs professionnels ou amateurs. Chacun d’entre nous connaît cette vieille hémérocalle que certains nomme le LIS SAUVAGE (L'hémérocalle Fulva (fleur orange)) que l’on retrouve dans les fossés aux abords de nos routes, aujourd'hui de plus en plus de variétés d'hémérocalles sont disponible et gagnent les cœurs des québécois.

Nous découvrons à notre tour cette plante qui est souvent désignée comme la «vivace parfaite». Elle se distingue par sont grand pouvoir d’adaptation, autant que par la beauté de son feuillage décoratif et la très grande diversité des couleurs et de formes de ses fleurs. Elle se distingue par sa facilité de culture et sa résistance aux maladies et aux insectes et sa rusticité. Celui qui essaie la culture de l'hémérocalle l'adopte à tout jamais.

Soyons certain, que dans quelques années cette plante égaiera la très grande majorité des jardins québécois.


BREF HISTORIQUE

En Chine, les hémérocalles sont cultivées depuis des siècles. Les chinois les cultivent un peu moins pour leurs fleurs que pour leurs vertus thérapeutiques et leur intérêt culinaire. Ici au Québec, les variétés classiques cultivées depuis très longtemps sont la FULVA et la FLAVA auxquels nous attribuons le nom d’espèce. Ces espèces ont été introduites chez nous au milieu du XVIe siècle. L'hémérocalle FULVA (fleur jaune) est une plante naturalisée qui pousse à l'état sauvage un peu partout le long de nos routes. L'hémérocalle FLAVA, quoique que moins présente chez les producteurs, est encore très recherchée car elle possède de très belles fleurs odorantes qui fleurissent très tôt au printemps.


Vous êtes maintenant près à acheter des hémérocalles, découvrez l'hybridation de Carmen


DESCRIPTION SOMMAIRE DE LA PLANTE

D’abord son nom nous en dit long : Hémérocalle du grec Hémérocallis qui signifie jour et beauté. Chacune des fleurs d’hémérocalle exprime sa beauté le jour et pour une période d’un jour (12 heures), sauf quelques exceptions qui fleurissent jusqu'à 18 heures. Cette caractéristique de la fleur lui a valu le nom de LIS D'UN JOUR

Mais ne vous y trompez pas, des fleurs elle en produit beaucoup.

L'hémérocalle possède un système racinaire très vigoureux, de type fibreux qui se gonflent de réserves nutritives (eau et nutriments) que l’on classe dans les appellations suivantes (corme, rhizome et tubéreuse). Les feuilles ressemblent à de plus ou moins longs rubans qui partent du sol et qui se recourbent au sommet. La longueur des des feuilles varie entre 20 à 80cm selon les cultivars, la largeur varie elle aussi. Les fleurs sont portées par des tiges florales qui comptent entre 10 et 30 bourgeons floraux. Ces hampes florales peuvent atteindre jusqu'à 1 mètre et demi chez certaines variétés, mais en moyenne, les tiges mesurent environ 75cm.


LES TYPES DE FEUILLAGE

Selon leur type de feuillage, les hémérocalles sont classées en trois catégories :

Le type de feuillage des hémérocalles conditionne, dans une certaine mesure, leur rusticité. En principe, les hémérocalles à feuillage dormant et semi-persistant sont toutes rustiques tandis que celles à feuillage persistant ne le sont pas. En réalité cependant, certaines hémérocalles du type dormant sont sensibles au froid et certaines à feuillage persistant vivent très bien chez nous. Si vous n’êtes pas de ceux qui aiment prendre des risque, pour vous aidez a prévoir la rusticité de nos cultivars, le meilleur conseil à vous donner est de sélectionner des plantes qui sont cultivées dans votre propre zone de rusticité depuis un certain temps, ainsi, vous vous assurez que ces plantes sont bien adaptées à votre climat.


RUSTICITÉ

Une plante est dite rustique si elle supporte les rigueurs de l’hiver suivant un climat donné c’est-à-dire survivre une température minimale. Pour classifier les plantes, les horticulteurs ont séparé le continent en zone de rusticité différente et on attribué à chaque zone un numéro situé entre 0 et 10 et subdivisé en a et b, afin d’être plus précis. Une zone de rusticité est une zone géographique dans laquelle une catégorie spécifique de plante est capable de vivre.

Les liens suivants peut vous aider à déterminer votre propre zone de rusticité:


LES TYPES DE FLEURS

Même si les fleurs d'hémérocalles comptent six segments (trois pétales et trois sépales), leur forme et leur grandeur varient beaucoup. Les premiers avaient généralement la forme d'un lis, mais les hybrideurs travaillent maintenant sur des hybrides qui adoptent des formes très différentes, en voici les principaux types :


LES PÉRIODES DE FLORAISON

La période de floraison des hémérocalles varie d'abord selon la zone de culture bien sûr, mais aussi selon la variété du cultivar. On dira alors qu'un cultivar est hâtif ou tardif. On catalogue les variétés de la façon suivante :

La durée de floraison varie selon chaque variété, en moyenne la floraison dure environ un mois ; certaines variétés fleurissent jusqu'à six semaines tandis que d'autres un peu moins qu'un mois.


CULTIVARS DIPLOÏDES ET TÉTRAPLOÏDES

Les cultivars d'hémérocalles sont DIPLOÏDES ou TÉTRAPLOÏDES selon le nombre de chromosomes formant leur bagage génétique. Le nombre normal de chromosomes est de 22, cela correspond aux variétés DIPLOÏDES. Les variétés TÉTRAPLOÏDES possèdent le double de chromosomes, soit 44. Quoique que ces dernières sont plus vigoureuses, en principe, dans la réalité les différences ne sont pas évidentes. Essentiellement, c'est au moment de l'hybridation qu'il faut connaître cette caractéristique puisque pour obtenir des graines, il faut absolument croiser des plants de même type, soit diploïdes avec diploïdes et tétraploïdes avec tétraploïdes. Information très importante pour les hybrideurs, mais peu important pour monsieur tout le monde qui cultive l’hémérocalle pour son plaisir.


AUTRES CARACTÉRISTIQUES

Plusieurs variétés d'hémérocalles produisent des fleurs odorantes. Leur parfum est plus ou moins prononcé, mais en général cette caractéristique se retrouve surtout chez les fleurs jaunes. Le cultivar HYPERION est probablement celui qui dégage le plus de parfum.

Une autre caractéristique intéressante de ces plantes est qu'elles sont COMESTIBLES. Les bourgeons peuvent être frits ou sautés au beurre. Les fleurs peuvent être ajoutées dans une salade pour en relever le goût et les couleurs. À mon point de vue cependant, la meilleure utilisation culinaire qu'on peut en faire est de se servir des fleurs comme coupe pour présenter une salade ou un dessert. Vous pouvez consulter notre section RECETTES. Bon appétit! Et faite vous plaisir en innovant…


Vous en savez maintenant assez pour placer une commande, faites le dans le catalogue


CULTURE EN BREF

Qui s’adapte autant qu’elle?


L'hémérocalle préfère un emplacement ensoleillé mais tolère aussi un endroit mi-ombragé. Elle nécessite un sol riche en matière organique, humifère et frais, mais bien drainé. Elle s'adapte à d'autres types de sol, mais la floraison peut être moins belle. Le pH peut varier de 5,5 à 7,0 mais elle préfère un sol légèrement acide à pH de 6,0 à 6,5. En raison de ses racines qui se gorgent d'eau et de matières nutritives, l'hémérocalle peut facilement endurer des privations temporaires d'eau et d'engrais. C'est une plante qui ne connaît pas beaucoup d'ennemis ravageurs et qui est rarement attaquée par les maladies. Bref, c'est une vivace facile de culture et d'entretien.


Plus je lui en donne, plus elle m’en donne. Donnant donnant après tout. Ne pas oublier de les subdiviser, si vous vous rendez compte qu’elles ne fleurissent plus comme avant.


LES MALADIES

Les américains sont très touchés mais nous jusqu'à maintenant somme épargné. Originaire d’Asie, la rouille de l’hémérocalle (Puccinia hemerocallidis) a été vue pour la première fois en Amérique du Nord dans le sud des États-Unis au début des années 2000. La maladie s’est vite répandue et a été signalée en 2001 en différents points des États-Unis et du Canada. La rouille de l’hémérocalle menace la production et la culture des hémérocalles en Amérique du Nord. Certain jardin, n’ont pas trouvé facile de passé a travers cette maladie. Pour lutter efficacement contre cette maladie, il est important de savoir l’identifier correctement et de bien en comprendre la biologie et sont cicle de vie.

La rouille de l’hémérocalle est causée par un champignon, Puccinia hemerocallidis. Ce champignon n’infecte et ne colonise que les tissus verts vivants des plantes hôtes. Il peut infecter les feuilles et les tiges florales des hémérocalles mais pas leurs racines ni leurs collets. Elle ne tue donc pas la plante. Sous des conditions favorables à l’éclosion de la maladie, les symptômes apparaissent 3–7 jours après l’infection. Chez les cultivars très sensibles, les symptômes se manifestent par de petites pustules jaune orangé de forme ovale. Chez les cultivars sensibles, les zones chlorotiques entre les pustules finissent souvent par se fondre et devenir passablement apparentes. Chez les cultivars moins sensibles, les pustules ne sont pas aussi nombreuses et sont entourées de tissus foliaires morts de couleur brun ocre. Les pustules renferment des centaines de spores d’été de couleur rouille (urédospores). Ces spores peuvent être facilement transportées par le vent ou par contact les vêtements, bottes ou outils auxquels elles adhèrent. Ce sont ces spores d’été qui, à la fin de l’été et à l’automne, infectent à répétition les feuilles et les tiges florales des hémérocalles avoisinantes. Le champignon a besoin de tissus verts vivants pour continuer à se propager et produire les spores d’été de couleur rouille. À l’automne, avant que les feuilles ne commencent à flétrir ou à mourir naturellement, de nouvelles infections produiront des pustules allant du brun foncé au noir, pustules qui renferment les spores d’hiver ou spores au repos. Les spores de la rouille de l’hémérocalle se libèrent facilement par simple touché du doigt, d’où le risque d’une grande propagation.


LUTTE CONTRE LA MALADIE

Prévention, prévention… Soyez vigilant et surveiller vos plants. Le dépistage sera toujours la meilleure façon d’être prêt à intervenir contre cette maladie. Les périodes de jours chauds suivi de nuits plus fraîches favorise le développement des champignons, le tout combiné a une période d’humidité. Voila le milieu recherché par les champignons. Dans les régions où sévit la rouille de l’hémérocalle, choisir les cultivars les moins sensibles. De plus, évitez l’irrigation par aspersion. Faire en sorte que les feuilles restent mouillées le moins longtemps possible en dirigeant le jet d’eau vers le sol plutôt que vers le feuillage. Diviser les hémérocalles tous les 3–5 ans et maintenir un espacement suffisant entre les plants de manière à favoriser l’assèchement des feuilles après la pluie ou les arrosages. Toute les vivaces préfèrent une bonne circulation d’air. Dans la mesure du possible, arroser les plants le matin plutôt que le soir, de manière à ce que les plants puissent s’assécher plus rapidement, à la faveur du jour.

Si le diagnostic de rouille de l’hémérocalle est confirmé, insérer les plants infectés dans de grands sacs de plastique et, une fois le feuillage dans le sac, enlever le plus au ras du sol possible tout le feuillage et les tiges florales des plants infectés et des plants voisins. Ne compostez pas des tissus atteints ce n’est pas recommandé pour le moment puisqu’on ne sait pas encore pendant combien de temps survivent les spores d’été sous les conditions propices au compostage ni si les spores peuvent se disséminer dans l’environnement depuis le tas de compost et infecter des plants sains situés à proximité. Placer les tissus atteints dans un sac de plastique et les retirer rapidement des lieux de culture de l’hémérocalle. Utiliser des gants de caoutchouc jetables et laver les vêtements après avoir travaillé autour de plants atteints ou après les avoir manipulés.

Utiliser des fongicides pour protéger les plants sains des infections par la rouille. Commencer les applications de fongicides au début de l’été et y mettre fin quand les températures ne dépassent plus 7 °C. Si les plants deviennent infectés mais ne produisent pas encore de masses de spores pulvérulentes, des fongicides, peuvent enrayer les infections et prévenir la formation de pustules. CE QUI NOUS SAUVENT JUSQU’À MAINTENANT, C’EST QUE LE CHAMPIGNON DE PASSE PAS À TRAVERS NOS HIVER RIGOUREUX


DISTINCTIONS

Des dizaines de milliers de cultivars d’hémérocalles ont été crées en Amérique du nord dans la deuxième moitié du siècle précédent et les hybrideurs comme Carmen continuent d’en introduire de nouveaux toujours plus complexes.

Comment sélectionner les meilleurs? Comment s’assurer d’offrir des plants exceptionnels qui vous combleront de bonheur? Aux Belles d’un jour, nous avons choisi d’offrir des cultivars primés parce qu’ils rencontrent des critères de performance bien définis sur lesquels nous pouvions nous appuyer pour constituer une collection susceptible de satisfaire les exigences des amateurs et amoureux de cette vivace extraordinaire. Quels sont donc ces critères?

R.W.Munson, célèbre hybrideur et juge émérite de l’American Hemerocalllis Society (AHS) pour l’attribution de prix aux cultivars d’hémérocalles précise dans son livre «The Daylily» les critères retenus pour décerner les récompenses convoitées. voir Honneurs

Chaque cultivar doit être apprécié dans divers aspects de son comportement et de sa présence au jardin. À cet effet, les juges doivent revoir le plant à plusieurs reprises dans des conditions de température différentes, à divers moments de la journée, tout au long de la saison et dans différents lieux géographiques.

L’AHS a établi la grille d’appréciation suivante (échelle de 100 points):

La substance a trait à l’épaisseur du tissu et tient à un bon équilibre entre matière et humidité. La fleur doit posséder une texture (veloutée, satinée, vibrante, rayonnante) et une substance (ferme, dense, vigoureuse) qui lui permettent de bien résister aux intempéries.

La couleur tient à la capacité des pigments à bien refléter la lumière. La couleur est appréciée en tenant compte du coloris, de la tonalité (niveau de saturation) et du lustre (une valeur ajoutée). La couleur se modifie au cours de la journée : certaines deviennent plus claires, d’autres s’affadissent. La fleur doit pouvoir maintenir sa fraîcheur et sa forme car ces éléments accentuent la richesse de la couleur. De plus, la mixité des couleurs doit être harmonieuse. La forme et la dimension de la fleur caractérisent le cultivar de même que les motifs colorés qui l’ornent; chaque cultivar doit se distinguer des autres à cet égard.

La hampe doit être élégante, bien érigée et posséder la force et la hauteur pour mettre la fleur en relief. La force de la tige florale est directement liée aux conditions atmosphériques (pluie et vent) qui risquent de la faire fléchir.

La ramification permet évidemment une plus grande production de fleurs et doit être disposée de façon à favoriser la naissance de nombreux bourgeons. Le risque lié à un trop grand nombre de branches rejoint celui d’une trop grande production de bourgeons : les fleurs sont trop tassées, se nuisent et se déforment mutuellement. Parfois, un plant paraîtra mieux si ses bourgeons, moins nombreux, sont disposés de façon à mettre en évidence chaque fleur produite.

Le feuillage doit être en bonne santé et attrayant. L’absence de maladie est le facteur prépondérant. On appréciera en particulier les variantes de couleurs et l’harmonie entre le feuillage, la hauteur de la hampe et la dimension de la fleur.

Même si toutes les qualités mentionnées précédemment sont essentielles, il demeure que le plant dans son allure générale doit impressionner le jardinier. La place qui lui est dévolue au jardin influencera l’appréciation finale: plant isolé, aéré, épanoui, etc.


HONNEURS

À chaque année, des prix multiples sont décernés aux cultivars d'hémérocalles qui présentent un intérêt particulier, par l’AMERICAN HEMEROCALLIS SOCIETY: société américaine d'hémérocalles).

Voici les principaux : (Vous trouverez entre parenthèses, (HM), les abréviations utilisées dans notre légende).

PRIX GÉNÉRAUX

PRIX SPÉCIAUX
(Pour être éligibles à ces prix, les cultivars doivent d'abord s'être mérité une mention honorable (HM)).

PRIX EXCEPTIONNEL

Vous pouvez maintenant acheter vos hémérocalles dans la section du CATALOGUE


















Confidentialité | Conditions d'utilisation | Contactez-nous | Plan du site
Copyright © 2007 Vivaces De Carmen. Tous droits reservés  

? | Mon Compte | Contactez-nous

Cocinelle
Présentation générale
Bref historique
Description sommaire
Les types de feuillage
La rusticité
Les types de fleurs
Les périodes de floraison
Diploides vs Tetraploides
Autres caractéristiques
Culture en bref
Les maladies
Lutte contre la maladie
Distinctions
Honneurs



Recettes
Légende